D'AUTRES ARTICLES

POLITIQUE
Burundi/Pays-Bas : Reprise des relations de l’aide direct

Le Burundi envoie ses condoléances au Zimbabwe après le décès de Robert Mugabe

SPORT
Burundi : Un joueur remvoyé pour indiscipline

Burundi : L’équipe nationale de football s’envole pour un local à Doha

ENVIRONNEMENT
Burundi : Des travaux de stabilisation de la rivière inquiètent

EAC : Recule aux préparatifs du changement climatique.

BEAUTE
DANSE
MUSIQUE & LOISIRS
La finale de la Primusic 2019, un spectacle vibrant

Burundi : Recrudescence du Choléra dans la plaine de l’Imbo
Burundi : Un policier malade transféré vers la prison

Burundi : Abolition des écoles paramédicales

SECURITE
Burundi : Recrudescence du Choléra dans la plaine de l’Imbo

Burundi : 2000 réfugiés seront rapatriés chaque semaine

MODE & STYLE
AMISOM reviews its Mission Implementation Plan to bolster its activities

AMISOM holds memorial service its High Ranked Police Commissioner killed in the Ethiopian Airline Crash

ARTS & CULTURE
Le Burundi faché contre une équipe de tambourinaires au Kenya

UB : Le retard de la bourse : la désolation des étudiants

EDUCATION
Burundi : Prix galopants du matériel scolaire

Education : Des uniformes déchirés, un comportement qui divise

CUISINE
Burundi : Biens meubles et immeubles saisis, les ’’putschistes’’ non épargnés

Action Aid : Campagne pour le travail décent et la valorisation du travail non rémunéré de la femme

TOURISME
Burundi : L’utilité sociale du Lac Tanganyika que vous devez savoir

Burundi : Voici les grands parcs nationaux

ECONOMIE ET FINANCE
Burundi : Adoption d’une nouvelle réglementation de changes en devise

BRB : Réaction sur la décision de la Banque Mondiale

INTERNATIONAL
France : Condamnation de l’ancien diplomate Burundais à l’UNESCO

Zimbabwe : Décès de l’ancien dirigeant Robert Mugabe

Action Aid : Campagne pour le travail décent et la valorisation du travail non rémunéré de la femme


By : Rédaction , mardi 12 mars 2019  à 07 : 17 : 43
a

’’Nous appelons les décideurs à mettre en place des programmes visant la valorisation du travail non rémunéré et la protection sociale de manière inclusive’’, Madame Musabyemariya Beata, Directrice pays de l’Action Aid Burundi.

Lundi,11 Mars, à l’Hôtel Royal Palace , l’organisation Action Aid Burundi a débuté une mobilisation nationale autour de la journée Internationale de la femme, édition 2019 célébrée sous le thème « La femme au centre des programmes innovants de protection sociale ».

centaine de personne issues des organisations la société civile, des activistes, des artistes des journaliste de la capitale économique comme ceux de l’intérieur du Burundi a répondu à cette campagne . Celle-ci va se focaliser sur les défis en rapport des l’accès au travail et le travail non rémunéré des femmes et la protection sociale.

Madame Musabyemariya Beata, l’Action Aid vise à élever la conscience des gens jusqu’à leur faire comprendre que l’économie du pays repose sur le travail non rémunéré et rémunéré.Cette conviction concernera non seulement les femmes mais aussi les hommes et surtout les décideurs, a-t-elle martelé.

‘’Ca ne sera pas exagérer d’affirmer que le travail domestique est finalement féminisé’’, a affirmé Madame Musabyemariya Beata en s’adressant à une centaine de participants de cette mobilisation.

L’objectif global de cette mobilisation est de ‘’Bâtir une compréhension commune sur les services et infrastructures publics durables, répondant aux spécificités de genre et l’implication de la femme aux programmes innovants pouvant favoriser le système de protection sociale, l’accès aux services publics de qualité selon André Ndereyimana, le chargé des programmes au sein de l’Action Aid Burudi .

Le consultant Nsabimana René, chercheur et Professeur d’économie dans les universités a insisté sur la valorisation du travail domestique après avoir défi ce qu’est le travail. Condansant les estimations de l’OIT 2016 et de l’ISTEEBU 2008, il a fait savoir que pour les personnes dont l’age varie entre 15 et 24 ans, ces deux institutions présentent successivement des estimations de 54,02% de femmes et 42,99% pour les hommes, 28,41% et 62,03 % des gens au travail.Il a, ainsi, conclu que ce sont plus les femmes qui travaillent.Il a justifié cette situation par un grand nombre d’homme qui passe tant d’années aux études alors que les femmes ecourtent souvent le cursus éducatif.

Ce chercheur s’est plus basé sur les études menées par des organisations tel que l’Institut de statistiques et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU) et l’Organisation Internationale du Travail ( l’OIT) dont la convention 189 stipule que les tâches domestiques contribuent à l’activité économique. Ces activités non marchandes au sein au ménage qui participent à la production des biens et services qui devraient être achevées.

Abondant dans le même sens, Maitre Albert Arakaza a incité les femmes à demander au Gouvernement de valoriser leur travail, peu considéré par plus d’eux mais pourtant plus important selon l’expression de Madame Musabyemariya quand elle répondait aux questions des journalistes.

les participants, Madame Sabushimike Imelde, femme leader Mutwa réagissant sur le contenu d’une vidéo et des sketchs paraphrasant la vie des femmes en et autour de la mairie de Bujumbura, a insisté sur la protection des femmes à plusieurs partenaires par les institutions du Gouvernement du Burundi et appelle ces dernières à se protéger elles-mêmes.

Madame Mudindi Cécile, Coordinatrice au sein de la CAFOB quant à elle, à regretté le fait que le secteur agricole est moins financé et a interpellé les femmes à se confier aux petites institutions de microfinances.

Justifiant cette mobilisation, André Ndereyimana, ne va pas par quatre chemins :’’ Le travail des femmes subventionne la société et l’Etat. Quand la femme produit peu s’en prend à elle même. Il faut revoir les causes structurelles pour sortir la femme des types de violences.

Saluant tout de même les efforts du Gouvernement du Burundi pour la promotion de la femme burundaise, il a fait remarqué que l’Etat, suite à ses contraintes budgétaires n’est plus à mesure de d’investir de plus dans les secteurs sociaux où les femmes évoluent . Or, le travail des femmes subventionne la société et l’Etat, a regretté André Ndereyimana.

A travers le chargé des programmes au sein de l’Action Aid Burudi, cette institution présente au Burundi depuis des dénies a salué les efforts du Gouverneur du Burundi pour la promotion de la femme burundaise mais trouve que les contraintes budgétaires de l’Etat ne le permet pas d’investir plus dans les secteurs sociaux où les femmes évoluent

A l’occasion de la Journée Internationale de la femme, le Secrétaire Général des Nations Unies avait déclaré que l’ ‘’égalité des genres et droits des femmes sont fondamentaux pour progresser l’échelle planétaire.Ces dernières décennies les femmes réalisent de remarquables avancées dans certains domaines en matière de droits et de leadership’’.