D'AUTRES ARTICLES

POLITIQUE
Burundi : Le pluralisme politique une plus-value.

Burundi/Pays-Bas : Reprise des relations de l’aide direct

SPORT
Un programme sportif lacunaire dans beaucoup de pays

FFB : Un Financement disproportionnel aux besoins

ENVIRONNEMENT
Burundi : Suspension des activités d’extraction sur la rivière Muha

EAC : Un projet de USAID à l’exception du Burundi

BEAUTE
DANSE
MUSIQUE & LOISIRS
La finale de la Primusic 2019, un spectacle vibrant

SOCIETE
Le Burundi va offrir à chaque enfant tous ses droits

Le Burundi célèbre la journée de l’enfance

SECURITE
RDC : Des opérations conjointes contestées

Quatre présumés rebelles Burundais derrière les barreaux Rwandais.

MODE & STYLE
AMISOM reviews its Mission Implementation Plan to bolster its activities

AMISOM holds memorial service its High Ranked Police Commissioner killed in the Ethiopian Airline Crash

ARTS & CULTURE
Le Burundi faché contre une équipe de tambourinaires au Kenya

UB : Le retard de la bourse : la désolation des étudiants

EDUCATION
Burundi : Remise des certificats aux finalistes du Lycée Saint Luc.

Burundi : Fermeture des écoles ayant un taux inferieur à 20%.

CUISINE
Burundi : Biens meubles et immeubles saisis, les ’’putschistes’’ non épargnés

Action Aid : Campagne pour le travail décent et la valorisation du travail non rémunéré de la femme

TOURISME
Burundi : L’utilité sociale du Lac Tanganyika que vous devez savoir

Burundi : Voici les grands parcs nationaux

ECONOMIE ET FINANCE
Burundi : Des stations services accusées de servir moins que commandé

Burundi : L’Agence de promotion des investissements affiche un bilan largement positif

INTERNATIONAL
La France lance une nouvelle campagne de communication

ONU appelle la prise de position audacieuse contre les violences faites aux femmes

Burundi : Massacre de Gatumba, une volonté de rendre justice


By : Rédaction , mercredi 14 août 2019  à 09 : 30 : 42
a

L’ONG internationale Humann Rights watch en même temps que les rescapés d’une attaque armée dans un camp de réfugiés des Banyamurenge à Gatumba en 2004 demandent encore une fois au gouvernement Burundais et à la communauté internationale que la justice soit rendue aux survivants et aux familles de plus de 150 personnes tuées et 106 blessés.

« Mettre fin à l’impunité pour ce cas de référence aiderait à mettre un terme à des années de souffrances pour les personnes touchées par l’attaque et montrerait que la responsabilité est prise au sérieux au Burundi. »

C’est la déclaration de Lewis Mudge directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch lors de la 15ème anniversaire de commémoration de ce massacre célébrée hier.

Pour Human Rights Watch, ce quinzième anniversaire devrait être une occasion pour les autorités Burundais de montrer leur volonté de rendre justice aux victimes.

Le représentant des victimes lors des cérémonies de cette commémoration a indiqué que 15 ans plus tard, les familles des victimes attendent toujours que justice leur soit rendue et que des indemnisations leurs soient versées tout en dénonçant l’inaction de la communauté internationale sur cette affaire.

Plusieurs rapports issus des enquêtes menées par les différentes organisations internationales ont révélé que le massacre avaient été soigneusement planifié pointant du doigt sur les FNL dirigeaient à cette époque par l’actuel vice-président de l’Assemblée Nationale Burundaise, les milices Mai-Mai de la RDC, les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda(FDLR).

Le 14 août 2004 quelques heures après le massacre, le porte-parole des FNL pasteur Habimana avait revendiqué la responsabilité de l’attaque, avant de nier catégoriquement avoir fait cette déclaration quelques année plus tard.

En 2013, Agathon Rwasa l’actuel président du nouveau parti le Congré National pour la Liberté (CNL) figure toujours parmi les personnalités de l’opposition et l’un des deux dirigeants des FNL de l’époque contre lesquels les autorités burundaise avaient émis un mandat d’arrêt qui reste toujours dans le tiroir.

Depuis lors, Rwasa n’a jamais comparu devant la justice arguant qu’il bénéficie d’une immunité provisoire accordé en vertu de l’accord de cessez-le-feu signé en 2006 date à laquelle le mouvement FNL a déposé les armes