D'AUTRES ARTICLES

POLITIQUE
Politique : Rwasa dénonce l’intimidation de ses militants

Burundi : Massacre de Gatumba, une volonté de rendre justice

SPORT
Burundi : Un joueur remvoyé pour indiscipline

Burundi : L’équipe nationale de football s’envole pour un local à Doha

ENVIRONNEMENT
L’utilisation des sachets en voie de disparition

L’insuffisance des moyens de transport désorganise les passagers

BEAUTE
DANSE
MUSIQUE & LOISIRS
La finale de la Primusic 2019, un spectacle vibrant

SOCIETE
Burundi : Abolition des écoles paramédicales

La RDC et le Burundi : Echange d’expérience contre l’Epidémie d’Ebola

SECURITE
Burundi : 2000 réfugiés seront rapatriés chaque semaine

Burundi : Une source pour les victimes de la traite

MODE & STYLE
AMISOM reviews its Mission Implementation Plan to bolster its activities

AMISOM holds memorial service its High Ranked Police Commissioner killed in the Ethiopian Airline Crash

ARTS & CULTURE
Le Burundi faché contre une équipe de tambourinaires au Kenya

UB : Le retard de la bourse : la désolation des étudiants

EDUCATION
Education : Des uniformes déchirés, un comportement qui divise

Burundi : L’enseignement va bientôt être amélioré

CUISINE
Burundi : Biens meubles et immeubles saisis, les ’’putschistes’’ non épargnés

Action Aid : Campagne pour le travail décent et la valorisation du travail non rémunéré de la femme

TOURISME
Burundi : L’utilité sociale du Lac Tanganyika que vous devez savoir

Burundi : Voici les grands parcs nationaux

Burundi : L’aide au développement doit opérer des transformations
EAC : L’économie numérique se dessine

OBR : Rôle des médias dans la lutte contre la fraude

INTERNATIONAL
Burundi : Reprise des activités de l’ONG Japonaise JICA

Burundi : L’aide au développement doit opérer des transformations

Burundi : Une source pour les victimes de la traite


By : Rédaction , mardi 20 août 2019  à 10 : 09 : 05
a

Le rapport américain sur la traite des personnes « US trafficking in persons report 2019 » rapporte que le gouvernement du Burundi ne remplit pas pleinement le minimum norme pour l’élimination de la traite et manque de volonté pour le faire.

A titre illustratif, le rapport indique que malgré les mesures prises pour faire face à la traite, le gouvernement n’a jamais poursuivi ni condamné aucun auteur de la traite pour la quatrième année consécutive.

Malgré les allégations persistantes, continue le rapport, il n’a pas tenu les responsables complices de crimes de la traite.

Cependant, le rapport indique qu’en général, le gouvernement n’a pas fourni de formation adéquate pour le droit organismes d’application chargés d’enquêter sur le trafic crimes, limitant par conséquent sa capacité et son efficacité.

Sans formation sur les procédures standard, la police locale aurait arrêté les présumés trafiquants mais parfois ne renvoient pas les cas à l’unité de protection des mineurs et de la morale du BNP, le principal organe d’enquête chargé des affaires de traite.

Tous ces manquements ont conduit à des enquêtes de cas et poursuites limitées y compris le manque de fonctionnaires techniques d’enquête et compréhension insuffisante de la traite, les crimes ont pour cela continué d’entraver les efforts généraux de la police poursuit-il.

Il déplore par la suite la manière dont les autorités burundaises ont continué à ne pas bien comprendre la traite et, bien que le gouvernement ait renforcé la formation des fonctionnaires de l’immigration au cours de la période considérée, il n’a pas institutionnalisé la formation de son personnel à la lutte contre la traite.

Cela se remarque selon le rapport à travers les chiffres des victimes qui sont contradictoires.

En 2018 par exemple, 446 victimes dont 352 hommes et 54 femmes ont été identifiés par les ONG locales et internationales alors que le gouvernement a signalé seulement 46.

Le rapport fait savoir que le Burundi dont environ 346 000 ressortissants sont des réfugiés dans les pays voisins et 130 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays apparaît comme un pays source pour les victimes de la traite où les adultes et les enfants peuvent être contraints au travail forcé, à la servitude domestique, à la prostitution et à d’autres formes d’exploitation sexuelle selon les affirmations du rapport.