D'AUTRES ARTICLES

POLITIQUE
Le Burundi a un nouveau gouvernement

L’ingérence extérieure du Burundi doit cesser

SPORT
Un programme sportif lacunaire dans beaucoup de pays

FFB : Un Financement disproportionnel aux besoins

ENVIRONNEMENT
Adieu les sachets et emballages en plastique

L’engrais de FOMI très efficace aux cultures.

BEAUTE
DANSE
MUSIQUE & LOISIRS
La finale de la Primusic 2019, un spectacle vibrant

SOCIETE
COVID-19, Une préoccupation pour le nouveau président

Le nouveau président va favoriser les retraités

SECURITE
Burundi : Un journal local dénonce des menaces de mort de la part d’un député

Des rassemblements des fidèles d’Euzebie Ngendakumana s’organisent.

MODE & STYLE
AMISOM reviews its Mission Implementation Plan to bolster its activities

AMISOM holds memorial service its High Ranked Police Commissioner killed in the Ethiopian Airline Crash

ARTS & CULTURE
Le Burundi faché contre une équipe de tambourinaires au Kenya

UB : Le retard de la bourse : la désolation des étudiants

EDUCATION
Les enseignants de DPEA Bujumbura se lamentent

Burundi : un taux d’alphabétisation satisfaisant.

CUISINE
La cuisine Burundaise et sa particularité

Burundi : Biens meubles et immeubles saisis, les ’’putschistes’’ non épargnés

TOURISME
Les musés burundais que vous devez savoir

Burundi : L’utilité sociale du Lac Tanganyika que vous devez savoir

ECONOMIE ET FINANCE
L’API tend une main forte aux médias

BRB : Les transferts internationaux instantanés seront payés uniquement en monnaie locale

INTERNATIONAL
EAC : Une probable expulsion de certains pays

Le Burundi vers la voie de la coopération.

Burundi : Le port de masque n’est pas pris au sérieux


By : Rédaction , lundi 15 juin 2020  à 11 : 51 : 16
a

Alors que le port de masque est obligatoire dans les lieux de rassemblement à haute intensité partout dans le monde depuis le début de la crise mondiale du COVID-19, cette pratique soulève de nombreuses critiques au sein des autorités du gouvernement du Burundi .

En tant que barrière majeur dans le blocage de l’émission des grosses gouttelettes pour empêcher leur dissémination dans l’air ambiant et la contamination des personnes environnantes, c’est pour cette raison que le port du masque devrait être indispensable si on réalise une activité dans un milieu fermé en compagnie ou en croisade des autres afin de mieux se protéger et protéger les autres.

Des autorités Burundaises en revanche dont le ministre de la santé lui-même sont pointées du doigt pour avoir caché la gravité de la pandémie et son ampleur, et beaucoup d’entre elles ne portent même pas de masque.

La présence d’Agathon Rwasa la semaine dernière au palais présidentiel Ntare house pour apposer sa signature dans le livre des condoléances avec sa bouche couverte de masque a suscité de nombreuses réactions.

« Il est le seul parmi les autorités du gouvernement à venir rendre hommage avec un masque, le seul même à apposer sa signature avec son propres stylo », ont commenté ceux qui se trouvaient sur le lieu ce jour.

Selon toujours les critiques, en procédant ainsi, Rwasa a voulu envoyer un message fort et très clair à ceux qui s’opposent ou cachent la présence et l’ampleur de la maladie dans le pays.

« Prenez au sérieux la présence de la pandémie du COVID-19 au Burundi et prenez soin de vous-même. » l’interprétation du port de masque de Rwasa dans ces circonstances selon les commentaires des uns et des autres au moment où des suspicions disent que Nkurunziza aurait disparu des suite de la maladie .

Concernant la gestion de cette crise, les organisations internationales dont Human Right Watch n’ont cessé depuis longtemps de dénoncer la réticence des autorités sur le fait qu’ils n’effectuent pas assez de tests pour déterminer l’étendue possible de sa propagation.

La situation a été envenimée par l’expulsion des diplomates de l’OMS au Burundi qui étaient chargés d’appuyer le gouvernement, accusés par les autorités de s’immiscer dans la gestion de la crise qu’elles ont qualifié d’une ingérence inacceptable.