D'AUTRES ARTICLES

POLITIQUE
Burundi : L’EAC et ses opportunités ; Campagne d’évaluation

Burundi : La démocratie se consolide, elle se déchire aux Etats-Unis.

SPORT
CAN 2022 : La liste des pays participants est déjà connue

Burundi : Saïdo Ntibazonkiza le sauveur des Hirondelles.

ENVIRONNEMENT
Burundi : Des hippopotames en conflit avec l’homme.

#Du Rwanda au #Burundi : Une probable dispersion d’un insecte ravageur des manguiers.

BEAUTE
DANSE
MUSIQUE & LOISIRS
La finale de la Primusic 2019, un spectacle vibrant

SOCIETE
Bururi, une particularité sur les massacres de 1972

Burundi : Un Pléthore d’ONGs ; un niveau de visibilité faible

SECURITE
Médicaments traditionnelles, des marchandises vendues n’importe où.

Muyinga : Cinq personnes brûlées vives

MODE & STYLE
AMISOM reviews its Mission Implementation Plan to bolster its activities

AMISOM holds memorial service its High Ranked Police Commissioner killed in the Ethiopian Airline Crash

ARTS & CULTURE
Le Burundi faché contre une équipe de tambourinaires au Kenya

UB : Le retard de la bourse : la désolation des étudiants

EDUCATION
La réouverture des écoles, une propagation du COVID-19

Hausse des prix considérable du matériel scolaire.

CUISINE
La cuisine Burundaise et sa particularité

Burundi : Biens meubles et immeubles saisis, les ’’putschistes’’ non épargnés

TOURISME
L’Angleterre interdit tout voyage en provenance du Burundi.

Les musés burundais que vous devez savoir

ECONOMIE ET FINANCE
Burundi : La Brarudi taxée d’accompagner les buveurs.

Le maïs presqu’une guerre commerciale sous régionale.

#Burundi : Des chercheurs frustrés par la décision de l’ONU
Éliminer le VIH/SIDA, Un combat sans discrimination.

Burundi : HRW dénonce la torture à l’encontre des réfugiés Burundais

#Du Rwanda au #Burundi : Une probable dispersion d’un insecte ravageur des manguiers.


By : Rédaction , jeudi 24 décembre 2020  à 12 : 32 : 27
a

Le Ministère de l’Environnement Agriculture et de l’Elevage alerte sur une probable dispersion du Rwanda vers le Burundi d’un insecte connu sous le nom de la cochenille farineuse du manguier qui a été signalé dans ce pays voisin en octobre 2019, et dans d’autres pays africains en 1980 comme le Togo, la Cote d’Ivoire, le Bénin et le Ghana.

C’est pour cette raison que le MINAGRIE a demandé un appui technique et financier au programme alimentaire mondial FAO pour la lutte contre cet insecte ravageur.

En guise de réponse à cet appel, la FAO a appuyé le Burundi via un projet de coopération technique sous régional pour l’Afrique de l’Est regroupant le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda ayant débuté en septembre 2020 et qui se clôturera vers la fin 2021.

Elle a appuyé en offrant a d’abord une formation aux agronomes burundais qui se sont formés sur la latte contre cet insecte au moyen d’une stratégie qui doit s’orienter vers la lutte intégrée en privilégiant la lutte biologique qui fait appel à l’introduction et aux lâches de deux ennemis naturels Gyranusoidea Tebygi Anagyrus mangicola d’origine Indo-Pakistanaise.

La FAO trouve pour cela qu’une sensibilisation des autorités et des agriculteurs sur ce programme de lutte biologique est incontournable pour la réussite dans cette lutte.

Selon Pascal Ndayiragije le formateur du jour expert en protection des végétaux, cet insecte s’identifie par son corps couvert d’une couche de cire qui le protège contre les insecticides et développe plus rapidement une résistance à ce produit antiparasitaire un insecte très prolifique qui boucle son cycle biologique en un mois, a expliqué l’expert Pascal.

De son nom propre Cochenille du manguier, cet arbre fruitier est son référendum privilégié et elle se caractérise également par une large hippophagie avec un spectre de spectre de plantes hôtes de plus de 100 espèces.

Il affecte toutes les parties de la plante à savoir les feuilles, les tiges et les fruits avant d’affecter ainsi négativement la capacité de photosynthèse du manguier, a déclaré l’expert.

Dans les pays où il a déjà ravagé les manguiers comme le Ghana, la Côte d’Ivoire, les pertes de rendement déjà enregistrées varient entre 53 à 100% ont précisé les participant à la formation.