D'AUTRES ARTICLES

POLITIQUE
Feu Cyprien Ntaryamira, les familles toujours en attente de la justice

Burundi : L’EAC et ses opportunités ; Campagne d’évaluation

SPORT
Les hirondelles, une égalisation à domicile qui n’arrange rien

CAN 2022 : La liste des pays participants est déjà connue

ENVIRONNEMENT
Burundi : Des hippopotames en conflit avec l’homme.

#Du Rwanda au #Burundi : Une probable dispersion d’un insecte ravageur des manguiers.

BEAUTE
DANSE
MUSIQUE & LOISIRS
La finale de la Primusic 2019, un spectacle vibrant

SOCIETE
Les femmes de l’AFAT au secours de celles hospitalisées.

Le covid-19 en baisse, des lamentations dans la riposte.

SECURITE
Médicaments traditionnelles, des marchandises vendues n’importe où.

Muyinga : Cinq personnes brûlées vives

MODE & STYLE
AMISOM reviews its Mission Implementation Plan to bolster its activities

AMISOM holds memorial service its High Ranked Police Commissioner killed in the Ethiopian Airline Crash

ARTS & CULTURE
MénédoreNdayikengurukiye, une entrepreneuse modèle

Burundi, la sacralité de mouton est traditionnelle

EDUCATION
La réouverture des écoles, une propagation du COVID-19

Hausse des prix considérable du matériel scolaire.

CUISINE
La cuisine Burundaise et sa particularité

Burundi : Biens meubles et immeubles saisis, les ’’putschistes’’ non épargnés

TOURISME
L’Angleterre interdit tout voyage en provenance du Burundi.

Les musés burundais que vous devez savoir

ECONOMIE ET FINANCE
Un nouveau système de minimiser la fuite des devises

Burundi : La Brarudi taxée d’accompagner les buveurs.

#Burundi : Des chercheurs frustrés par la décision de l’ONU
La MINUSCA impliquée dans la violence.

Éliminer le VIH/SIDA, Un combat sans discrimination.

Burundi : Un Pléthore d’ONGs ; un niveau de visibilité faible


By : Rédaction , lundi 8 mars 2021  à 11 : 04 : 16
a

Bien qu’il ya plus de 2000 organisations non gouvernementales enregistrées pour appuyer le gouvernement dans l’atteinte de ses objectifs de développement, le Ministère ayant dans ses attributions la gestion des associations sans but lucratif (asbl) est soucié d’un niveau de leur visibilité faible sur le terrain.

C’est un constant qui a été soulevé ce vendredi lors d’un point de presse marquant la journée internationale des ONG célébrée pour la première fois au Burundi où 5 associations l’ont animé conjointement.

Batiri Déogratias conseillé à la direction générale de la coordination des (asbl) et de la promotion des libertés publiques au sein dudit Ministère a déploré l’existence de celles qui ne sont quasiment visibles que dans le registre depuis leur agréement.

De surcroît, il a souligné la volonté du Ministère d’effectuer une descente sur terrain pour s’assurer que leurs prestations contenues dans leurs dossiers d’agréement et rapports régulièrement fournis sont une réalité.

Par contre, quelques défis ne permettant pas aux (asbl) d’accomplir convenablement leur mission d’assurer le bien être de la population ont été relevés.

L’expert le Dr Jean Pierre Nsengiyumva a signifié que le travail du gouvernement dans la gestion des ONG reste critiquable.

Selon son analyse personnelle, il a déploré une tendance de bipolarisation des (asbl) où certaines d’entre elles sont taxées d’être pro-pouvoir et d’autre pro-opposition alors que la neutralité s’impose pour cheminer vers une vision commune sur les besoins de la population et des remèdes qu’il faut.

Il a aussi noté d’autres défis auxquels elles se heurtent, celles liés au manque d’une main libre par rapport aux obligations.

Selon lui, la loi sur les ONGs au Burundi est lacunaire par le fait qu’elle limite la liberté des ONG qui sont redevables à la fois envers les bailleurs, les bénéficiaires et le gouvernement.

Il regrette l’ignorance de leurs obligations pour pouvoir continuer à fonctionner tout en exécutant les recommandations des bailleurs.

Il a également mentionné la tendance à une grande dépendance des financements extérieurs et d’un problème d’expérience personnelle avant de proposer l’amendement de la loi pour qu’elle soit plus souple et leur permet de travailler conformément à leur programme.

Quelque soit l’absence d’analyses et de recherches pour mesurer l’impact réel du travail des organisations non gouvernementales au sein des communautés locales chacune dans son domaine d’intervention, des associations non gouvernemental burundaises affirment leur rôle incontournable dans la résilience des communautés locales.