D'AUTRES ARTICLES

POLITIQUE
Aucune loi propre aux Batwa ne sera adoptée

Feu Cyprien Ntaryamira, les familles toujours en attente de la justice

SPORT
Les hirondelles, une égalisation à domicile qui n’arrange rien

CAN 2022 : La liste des pays participants est déjà connue

ENVIRONNEMENT
Burundi : Des hippopotames en conflit avec l’homme.

#Du Rwanda au #Burundi : Une probable dispersion d’un insecte ravageur des manguiers.

BEAUTE
DANSE
MUSIQUE & LOISIRS
La finale de la Primusic 2019, un spectacle vibrant

SOCIETE
Les déficients visuels ont aussi des talents

Des interprétations erronées, ISTEEBU s’en défend.

SECURITE
Médicaments traditionnelles, des marchandises vendues n’importe où.

Muyinga : Cinq personnes brûlées vives

MODE & STYLE
AMISOM reviews its Mission Implementation Plan to bolster its activities

AMISOM holds memorial service its High Ranked Police Commissioner killed in the Ethiopian Airline Crash

ARTS & CULTURE
MénédoreNdayikengurukiye, une entrepreneuse modèle

Burundi, la sacralité de mouton est traditionnelle

EDUCATION
La réouverture des écoles, une propagation du COVID-19

Hausse des prix considérable du matériel scolaire.

CUISINE
La cuisine Burundaise et sa particularité

Burundi : Biens meubles et immeubles saisis, les ’’putschistes’’ non épargnés

TOURISME
L’Angleterre interdit tout voyage en provenance du Burundi.

Les musés burundais que vous devez savoir

ECONOMIE ET FINANCE
Filière café : Chute de la production et redynamisation du secteur

Un nouveau système de minimiser la fuite des devises

#Burundi : Des chercheurs frustrés par la décision de l’ONU
La MINUSCA impliquée dans la violence.

Éliminer le VIH/SIDA, Un combat sans discrimination.

Un nouveau système de minimiser la fuite des devises


By : Rédaction , jeudi 8 avril 2021  à 06 : 52 : 16
a

« Sydonia World » est un nouveau logiciel de lutte contre la fuite des devises et la fraude fiscale en cas d’importation des marchandises. Il vient d’être officialisé par la Banque Centrale de République du Burundi en collaboration avec l’Office Burundaise des Recette OBR à travers un communiqué de presse après trois mois d’essaie.

Un programme qui vient résoudre les problèmes de suivi en temps réel de l’utilisation des devises dès leur allocation par la Banque Centrale jusqu’à la mise en consommation des marchandises pour lesquelles les devises ont été sollicitées.

Mais aussi, les difficultés de s’assurer si les devises allouées aux opérateurs économiques ont été utilisées suivant l’objectif pour lequel elles ont été sollicitées.

Les opérateurs économiques surtout les importateurs n’auront accès qu’à ce système dès qu’ils disposent d’une connexion internet, un identifiant et un mot de passe, a déclaré le gouverneur de la BRB qui a lu le communiqué.

D’autres banques commerciales bénéficieront également de la plateforme pour faciliter le contrôle de l’utilisation des devises allouées aux importateurs, a précisé le gouverneur de la BRB.

Le procédure vient à point nommé selon lui et le commissaire Général de l’OBR dans le sens où il permettra d’une part d’enlever toute ambigüité de suivi des calculs provenant de l’OBR et des banques sur l’utilisation des devises allouées aux opérateurs économiques et d’autres part il facilitera la tache pour le dédouanement des marchandises qui ne se fera qu’en se référant au numéro donné par les banques.

La validation sera faite après avoir s’assurer que les marchandises à dédouaner sont réellement celles inscrites sur la déclaration d’importation validée par cette même banque.

Concernant les inquiétudes selon lesquelles le système risquera d’être verrous pour la disponibilité des devises qui étaient rares dans le pays, le gouverneur de la BRB rassure, martelant qu’il s’agit plutôt d’une opportunité qu’on offre aux utilisateurs des devises.

Il a enfin indiqué que le rôle des déclarants reste important et sont appelés à aider les importateurs comme d’habitude dans la validation électronique des déclarations d’importation, et aux vérificateurs de douanes de s’assurer si les marchandises en cours de dédouanements n’ont été importées que sur base d’une déclaration.